Dissolvant Miraculeux - 1 Seconde - BOURJOIS

  • Original

6.2

Pourquoi Miraculeux ? Parce qu’il suffit désormais de plonger les ongles dans la mousse... Plus besoin de coton, après 1 seconde, vous les sortez démaquillés !

Pourquoi Miraculeux ?
Parce qu’il suffit désormais de plonger les ongles dans la mousse... Plus besoin de coton, après 1 seconde*, vous les sortez démaquillés !

Le petit plus : son parfum fruits rouges et vanille laisse les ongles délicatement parfumés.

 

Packaging

Rapport Qualité / Prix

Résultat maquillage

Tenue

Facilité d'application

Avis des influenceurs

enjoyphoenix

Il y a 10 mois

J'utilise que celui-là, il marche vraiment très très bien.

Voir la source

Avis de la communauté

1 utilisatrices ont donné leur avis

  • Avatar utilisateur fl90

    Le dissolvant en pot est super pratique. Le produit est efficace rapidement si l'on a un vernis lisse (non granuleux). Dans ce cas, comme c'est indiqué sur l'emballage, une seconde suffit par ongle! Le vernis part du 1er coup, sur tout l'ongle! Par contre, si le vernis n'est pas tout lisse, s'il contient des paillettes par exemple, celles-ci restent sur l'ongle..il faut donc plusieurs passages dans le pot. La texture n'irrite pas la peau. Il n'y a pas d'odeur forte comme la plupart des dissolvants mais un parfum plutôt agréable. Le parfum est censé sentir le sorbet fruité et vanillé..je n'ai pas reconnu cette odeur. Après utilisation du produit, je conseille de rincer ses mains. Les ongles sont alors tout doux et légèrement parfumés. C'est donc un dissolvant facile à utiliser mais au bout d'un certain temps, la mousse tourne en même temps que le doigt, dans le pot, cela devient plus gênant et il faut remplacer le produit. Ce dissolvant existe aussi en petit format, sympa pour les voyages!

La marque

C'est en 1863 que la société Bourjois voit le jour, sur les Grands Boulevards de la capitale. Situé en plein coeur du quartier des théâtres parisiens, Bourjois est dirigée par le comédien et cosmétologue Joseph-Albert Ponsin. Il passe son temps à concevoir et créer des fards et des parfums pour les acteurs et les actrices du moment, des cosmétiques qu’il crée dans son propre appartement parisien. Cinq ans plus tard, il laisse sa place à Alexandre-Napoléon Bourjois ; ce même monsieur Bourjois qui va donner son envol à la petite entreprise française et lui apporter son envergure internationale.

Les premières créations d'Alexandre-Napoléon Bourjois sont des sticks de fards gras aux teintes variées, et aux noms assez drôles comme "Jaloux" ou encore "Amoureux". Même si à la base, ces sticks étaient avant tout conçus pour le théâtre, leur succès se répand pour dépasser le monde des comédiens. Alors qu'avant sur les palettes était inscrit "Fournisseur des Théâtres", il est désormais écrit "Fabrique Spéciale de Produits pour la Beauté des Dames".

Après avoir mis au point ces fameuses petits boîtes rondes de fards à paupières, Bourjois se concentre par la suite à la poudre de riz de Java, qui est lancée en 1879. Cette poudre, qui a pour but d'éclaircir le teint et d'adoucir la peau, rencontre un succès fou en quelques semaines à peine. C'est ainsi que Bourjois se répand auprès des femmes du monde entier et se commercialise dans de nombreux pays. En 1897, Bourjois vend deux millions de boîtes de poudre de riz de Java dans le monde.

Au fil des années, la gamme de cosmétiques proposée par Bourjois s'étend : fards à joues, fards à paupières, poudres de riz, vernis à ongles, rouges à lèvres, tablettes indiennes (ce sont les ancêtres du mascara)... mais on retrouve aussi des produits un peu plus originaux comme des extraits de parfum pour mouchoir, des sachets parfumés à glisser dans ses pantoufles, des lotions capillaires et même des pommades hongroises pour fixer les moustaches des hommes ou encore des dentifrices.

Dans les années 20, Bourjois sort ses premiers parfum, respectivement intiulés "Mon Parfum" et "Soir de Paris". C'est cette deuxième fragrance qui confirme réellement le succès de la marque Bourjois. Dessinée par Ernest Beaux, il se veut ambré, fleuri et épicé. Grâce à lui, le luxe de la bourgeoiserie est désormais accessible aux classes moyennes qui se développent dans les années 30.

Pendant les années folles, époque où les femmes revendiquent une indépendance certaine, Bourjois les accompagne dans leur nouvelle façon de se maquiller avant tout pour soi et sans contrainte, par simple plaisir d’affirmer sa personnalité. Une vision des choses que Bourjois a su faire perdurer ; tout comme la qualité et l'étendue de ses produits.